Technologies HumanWare - Voir loin!

Articles - Image d'intro
Alors qu’ils partageaient les bancs de l’école secondaire de Drummondville, jamais Yves Boisjoli et Gilles Pépin n’aurait pu envisager être à la tête, un jour, d’une entreprise employant 170 personnes et exportant dans 40 pays. C’est pourtant bien là qu’ils ont réussi à mener Technologies HumanWare. « C’est un concours de circonstances », explique Yves Boisjoli, le plus simplement du monde. « Nous nous sommes connus en secondaire un. Gilles a choisi de s’orienter vers l’ingénierie en télécommunication, moi vers le droit puis l’administration. Il a fondé l’entreprise puis a eu besoin des compétences que j’avais acquises. C’est comme ça que tout est arrivé. »

Ce « tout », c’est une entreprise de fine pointe technologique, basée à Drummondville, reconnue à juste titre comme chef de file dans le développement de technologies destinées aux personnes non-voyantes ou mal-voyantes. Chacun de leurs produits, extrêmement bien pensés, avec la complicité des usagers, permet à des milliers de personnes tantôt d’avoir accès à l’information disponible sur Internet, tantôt de lire un bouquin (dans l’une des 25 langues disponibles) ou encore de s’orienter géographiquement, malgré leur cécité ou leur basse vision, traduisant instantanément du contenu Web en braille, faisant la lecture à voix haute ou grossissant simplement l’écriture tout en y adaptant les contrastes aux spécifications du résidu visuel du client. 

 

En d’autres termes, HumanWare ouvre les portes du monde tel que la majorité le connait à toute personne privée, en tout ou en partie, de leur vue. Un vrai miracle quand on y pense bien, considérant l’omniprésence d’Internet dans nos vie quotidiennes mais surtout, de l’importance du savoir et des connaissances disponibles aujourd’hui par le biais des livres électroniques, des GPS et surtout, du Web, dans une société du savoir.


Ce potentiel immense, Gille Pépin l’a anticipé dès le début de l’ordinateur. Invité par l’Institut Nazareth & Louis-Braille à réfléchir à la question, il fonde d’abord un OBNL en 1988 et développe un premier système qui scanne les documents papiers pour en faire faire ensuite la lecture par ordinateur. Le succès est immédiat. En 1994, constatant que le modèle OBNL ne convient plus à ce que l’organisation est en train de devenir, il invite son ami, M. Boisjoli, à se joindre à lui. C’est le début d’une croissance vertigineuse. En 2005, l’entreprise s’associera à Pulse Data International, ce qui lui permettra d’accéder à tout un réseau de distributeurs aux États-Unis, en Europe et Australasie. Aujourd’hui, l’entreprise est associée de près à Essilor-Luxottica, maintenant actionnaire majoritaire de Technologie HumanWare, qui possède de son côté les verres Cryzal et Transitions ainsi que les marques de lunettes les plus réputées dont RayBan, Oakley, Vesace, et Prada, pour ne nommer que celles-ci.  « C’est un choix hautement stratégique. », indique M. Boisjoli. « Avec le vieillissement mondial, le taux de prévalence de la déficience visuelle et des maladies de l’œil va continuer d’augmenter pour les trente prochaines années. Ce partenaire est présent mondialement chez les optométristes et les ophtalmologistes. Cela positionne nos produits autrement et nous sommes partie intégrante de sa stratégie. »

 

Pour grimper à ce niveau et surtout, s’y maintenir, Technologies HumanWare mise sur l’innovation et le développement constant de ses produits, y investissant de 12 à 15% de ses revenus chaque année. « On est toujours en mode projet. Chaque année, nous établissons la liste des projets et sélectionnons ceux que nous développerons. Le MEI nous supporte régulièrement dans ce développement-là. Il nous a aidé, entre autre, à développer les logiciels Prodigi et KeySoft, ainsi qu’une nouvelle génération d’afficheurs Braille intelligents, le tout favorisant la réussite scolaire des étudiants et facilitant la vie professionnelle des gens vivant avec une basse vision ou une cécité totale. Tout ce qu’on nous demande, c’est de déposer une description du projet couplée à une analyse démontrant le potentiel du produit et c’est une chose qu’on fait déjà à l’interne, de toutes façons, sur la base de cinq ou six critères que nous nous donnons. Leur coup de pouce financier est indispensable, surtout dans notre contexte : on doit investir énormément en recherche et développement versus notre marché qui est très niché, seulement 2 à 3 % de la population vivant avec une déficience visuelle. Ne serait-ce que pour se tenir à jour dans l’évolution des technologies, qui est très rapide, ça demande beaucoup d’investissements. »    

 

Nommée PME TI de l’année 2019 par l’Association québécoise des technologies, Technologies HumanWare change des vies à travers le monde grâce à la vision forte portée par deux petits gars de Wickham et Drummondville, appréciant le chemin parcouru, mais surtout encore bien curieux de celui à venir. Avec raison.

 

Pour en savoir plus sur le programme Innovation du MEI, consultez le  https://www.economie.gouv.qc.ca/bibliotheques/programmes/aide-financiere/programme-innovation/
 

Retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles

Articles - Image d'intro

Nouveau souffle chez Portes Milette

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

Recruter, c’est s’adapter !

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

LA COVID-19 ET SON IMPACT SUR LES CONTRATS

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

Changer le monde, un projet à la fois

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

Constructeur de liens et de machines

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

Croissance fulgurante chez Genyk

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

Déduction pour amortissement accélérée

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

Crédit d’impôt à l’investissement

Chronique d'expert

Articles
Articles - Image d'intro

Nouvelle fiscale

Chronique d'expert

Articles